Nouvelles fantastiques des quatrièmes

Les élèves de quatrième ont écrit des nouvelles fantastiques à partir de l'album : Les mystères de Harris Burdick, de Chris Van Allsburg.

Avis aux amateurs de récits étranges et surnaturels...

Voici quelques extraits :

"La fenêtre ouverte claquait à cause du vent : il y avait un orage. J’allais me lever pour la fermer quand je m’aperçus que le papier peint que j’avais enlevé ce matin était sur le mur, mais il n’y avait plus les colombes. Il ne restait que le lierre. Il commença à bouger, très rapidement il recouvrit le sol puis la porte, la fenêtre, l’armoire : la plupart des objets de la chambre sauf le lit où je me trouvais. Cela ne dura pas car le lierre commençait à envelopper les pieds du lit, le matelas. Toute ma chambre était recouverte de ce tapis de verdure. Il semblait qu'il avait des mains qui prirent les objets et les envoya près de moi. Je criais et me débattais."

"J'habitais dans un petit pavillon dans la banlieue de Paris. Il était composé d'anciens meubles, datant de mes arrières grands-parents. Je pris mon dîner avant d'aller sur mon canapé lire le journal. Je vis que le lendemain il y avait une brocante sur la place. [...] Le lendemain je me précipitai dans l'entrée et vis avec surprise le guéridon par terre. Je me souvins alors de ce que m'avait dit le vendeur et un frisson glacé me parcourut le corps. Je le remis sur ses pieds et décidai de ne plus y penser. Mais toute la journée cette idée me hanta tellement que j'en perdis la notion du temps."

"J'étais alors dans un état second. Alors je compris que cette chose était morte, elle ne bougeait plus. J'ouvris la moquette au cutter puis mon visage se décomposa quand je reconnus la chose sous la moquette. A ce moment-là le monde s’écroula sur ma tête..."

"Je suis en prison, j'écris mon histoire pour passer le temps, je ne sais pas quand je sortirai; et je me pose toujours la même question : est-ce que je suis devenue folle, est-ce que tout ceci s'est vraiment passé ?"

"Le soir:

L'oiseau devait sans doute déjà manquer quand nous sommes arrivés dans la maison mais pourquoi ne l'avais-je pas vu plus tôt ? Sinon, comment serait-ce possible ? Et cette nuit, pas question d'ouvrir ma fenêtre. J'ai peur, je ne sais pas de quoi mais j'ai peur, je sens une sorte de présence comme si je n'étais pas seul dans cette chambre."

 

Modifier le commentaire 

par MARIE CREYSSELS le 23 juin 2013 à 21:07

haut de page