Le théatre au temps des romains.

Le théâtre :D♥

 Les jeux scéniques, institués à l'an 390 de Rome pour apaiser le courroux des dieux et pour obtenir d'eux la cessation d'une affreuse épidémie qui ravageaient la ville, étaient célébrés annuellement par des édiles curules et duraient de un à quatre jours. Tantôt ils ne composaient qu'une partie du spectacle, tantôt ils formaient seuls tout les jeux d'une fête.

Les théâtres furent d'abord temporaires. Parmi les théâtres permanents, celui de Venus fut longtemps le seul théâtre de pierre qui était à Rome, et l'on lui donna tous les jeux scéniques. Depuis on en construisit d'autres, celui de Balbus (en l'an 741)  pouvait contenir 30 245 spectateurs ; le théâtre de Marcellus, dédié la même année par l'empereur Auguste, pouvait recevoir trente mille spectateurs.

Les romains adoraient le théâtre. Tout comme les jeux du cirque ou les compétitions sportives, les ludi scaenici qui veut dire «spectacles» se déroulent en fonction des fêtes religieuses du moment, moins souvent sans doute que nos films modernes qui restent à l'affiche durant plusieurs semaines.

Le premier théâtre en pierre date de 55 avant notre ère; il fut construit par Pompée. Le mieux conservé en France est le théâtre d'Orange.

 Les gradins sont disposés en demi cercle; en bas se trouve l'orchestre, il y a la scène et au fond, le mur de scène qui représente un palais ou une demeure avec des portes permettant les entrées et sorties des acteurs.

Les représentations ont lieu en principe en plein air sur des constructions en bois que l'on dresse et que l'on démonte ensuite.


 

Les acteurs :p♥

Les acteurs avaient mauvaise réputation. La plupart étaient des esclaves, ou anciens esclaves. Ils portaient des masques aux expressions outrées. Le même acteur pouvait interpréter plusieurs rôles grâce à différents masques.

Les rôles féminins sont interprétés par des adolescent travestis. À Rome, la scène est interdite à la femme.

Les acteurs de mime ou de pantomime sont de véritables stars. Leurs salaires sont augmentés des gratifications énormes qu'ils reçoivent. Riches et célèbres, ils sont socialement acceptés; ils deviennent les favoris des grands et mènent une vie tapageuse.

Les acteurs et les musiciens sont réunis en troupes dirigées par un chef. Les costumes, le maquillage et le jeu de l'acteur sont strictement codifiés. Les nombreux traités écrits à ce sujet, soit par des acteurs, soit par des théoriciens, nous sont partiellement conservés par les citations.

Le comédien doit travailler trois éléments de son jeu :

-la voix,

-la gestuelle

-la posture.

Les décors et la musique :)♥

Le décor varie beaucoup d'une pièce à l'autre, car le principal décor est mobile : c'est le mur de scène. Sa décoration toujours plus lourde répond à deux objectifs : faire voir la générosité du donataire du spectacle et fabriquer l'illusion, selon un code très précis.

Les Romains reprennent et développent les techniques mises au point par les ingénieurs grecs et inventent des grues et trappes, pour faire descendre des dieux du ciel (d’où l'expression latine : deus ex machina) ou faire monter des fantômes du monde des morts. Le public romain raffole de ces réalisations féeriques. Le rôle de la musique est mineur dans le théâtre latin.

Comme un opéra aujourd'hui, une représentation scénique est inimaginable sans accompagnement musical : un musicien professionnel compose ouverture, intermèdes et accompagnement sur les vers du poète. La musique est jouée par les tibicines (joueurs de flûte) sur deux flûtes (tibiae), l'une de ton grave (dextera), l'autre de son aigu (sinistra) ou sur des flûtes doubles, graves et aiguës. Le ton est choisi en fonction du rôle, le grave et l'aigu soulignent les dialogues entre pères et fils dans les comédies.

La musique ne fait qu’augmenter en importance dans les représentations théâtrales. Sous l'Empire, on voit apparaître de nouveaux instruments dans la pantomime, formant de véritables orchestres : syrinx, lyre, cithare, trompettes et orgue.


 

 

Modifier le commentaire 

le 24 avr. 2013 à 14:21

haut de page